DSI n°116, juillet-août 2015

Editorial
Nominations et agenda
Veilles contre-terroristes
Veilles conflits
Veilles stratégiques
Veilles industries
Contrats du mois

Stratégie

Polyvalence
Par Benoist Bihan, chercheur en études stratégiques, rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire & Stratégie, animateur du blog La Plume et le Sabre

Castex et la maritimisation du monde
Entretien avec Lars Wedin, capitaine de vaisseau (er) de la marine suédoise, auteur de Stratégies maritimes au XXIème siècle. L’apport de l’amiral Castex

Lutte antidrogue : l’évolution des cartels
Par Emmanuel Vivenot, spécialiste des questions de défense La suite >

Deux ans d’opérations aériennes

Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI. Article paru dans DSI Hors-Série n°42, juin-juillet 2015. Aucune reproduction autorisée

Le monde de l’aéronautique militaire a considérablement évolué en deux ans, qu’il s’agisse des matériels, des concepts ou encore des opérations dans lesquelles les forces aériennes ont été engagées. Tour d’horizon de deux ans de débats mais aussi d’évolutions.   

Les événements aéronautiques les plus marquants sont liés à des conflits où la place de la troisième dimension s’est accrue. D’une part, parce que le champ géographique de ces conflits s’est dilaté. Il en est ainsi de l’intervention émirienne en Libye alors que la situation s’y dégradait et de la mise en place d’une coalition arabe attaquant les rebelles houthis au Yémen, suspectés d’être soutenus par l’Iran. C’est aussi le cas de la multiplication des patrouilles de bombardiers et d’appareils de combat russe en Méditerranée ou en mer du Nord, dans le contexte post-annexion de la Crimée et, corrélativement, d’une montée en puissance du dispositif Baltic Air Patrol par l’OTAN. C’est également le cas de l’accroissement de l’activité chinoise en mer de Chine méridionale, laquelle comprend la construction d’îles artificielles permettant de donner corps à des revendications de zone économique exclusive, mais permettant également de construire des pistes. Corollaire de cette évolution, les Etats de la région accroissent eux-mêmes le nombre de leurs patrouilles aériennes et conçoivent des dispositifs stratégiques inédits : le Japon a ainsi demandé à pouvoir opérer des patrouilles maritime au départ des bases aériennes philippines…   La suite >

Stratégique, n°108, « Maîtrise des armements et désarmement »

avril 2015, 276 p.

Si la situation stratégique internationale est à la remilitarisation et au contournement des divers régimes de régulation des armements, il n’en demeure pas moins que la maîtrise des armements a fait des progrès considérables depuis les années 1970. C’est tout l’intérêt de ce numéro de la revue Stratégique, en l’occurrence coordonné par Matthieu Chillaud, que de faire un point de situation réaliste en la matière.

Articulée autour de treize contributions et du maintenant traditionnel grand entretien, cette fois avec Camille Grand (FRS), la revue est d’abord un état de l’art. Elle ne manque ainsi pas de s’interroger sur la pertinence contemporaine du concept de maîtrise des armements mais fait également le tour de la question de l’économie du désarmement ou prend également en compte la question du rôle des acteurs sub-étatiques et transnationaux. La suite >

Le monde des publications – juillet-août 2015

Chez Economica, plusieurs titres ont une consonance historique. Bien à propos, dans la foulée du bicentenaire de la bataille, Antoine Reverchon publie Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?, dans la collection « Mystères de guerre » (Economica, Paris, 2015, 176 p.). Claude-Catherine Ragache revient quant à elle sur Roland Dorgelès. Combattant, journaliste, écrivain, (Coll. « Guerres et guerriers », Paris, 2015, 288 p.).

Dans le registre des classiques, on signalera La stratégie oubliée. Périclès, Frédéric le Grand, Thucydide et Cléon d’Hans Delbrück, le père de l’histoire militaire contemporaine, en l’occurrence traduit par Joël Mouric et préfacé par Daniel J. Mohaney (Coll. « Stratégies et doctrines », Paris, 2015, 192 p.). Toujours chez Economica, l’IHEDN publie quant à lui Défendre la France au XXIème siècle, un ouvrage comprenant de nombreuses interventions d’experts (Paris, 2015, 320 p.).

Perrin, réédite dans la collection Tempus La révolte dans le désert de T.E. Lawrence (Paris, 2015, 560 p.). L’ouvrage sonnera certainement en écho à celui de Nathalie Ruffié, qui publie L’interculturalité dans les opérations militaires. Le cas américain en Irak et en Aghanistan (Editions du Cygne, Paris, 2015, 135 p.) sur lequel nous reviendrons en septembre.  La suite >

Histoire & Stratégie n°22 – L’arme du génie. De 1945 à nos jours

ÉDITORIAL

LE GÉNIE (1930-2013) : UNE ADAPTATION CONTINUE À LA MENACE

Focus : Frise chronologique de l’évolution du génie contemporain (1930-2002)

LE GÉNIE FRANÇAIS ENTRE 1930 ET 1945 : UNE MUTATION SANS PRÉCÉDENT

Le génie : une arme d’arrêt
La transition : l’épopée des Forces françaises libres
La naissance d’une arme moderne (1943-1945)
Focus : Le pont Bailey : un matériel emblématique du génie
Une force de combat moderne pour les engagements conventionnels

LE GÉNIE EN INDOCHINE : UNE ACTION ENTRAVÉE (1945-1954)

Le génie « esclave de la route »
Le génie confronté au manque d’effectifs
Les difficultés du combat en interarmes
Focus : « Un génie multiethnique et multiconfessionnel qui doit faire face à des problèmes d’effectifs »

LE GÉNIE À L’ÉCOLE DE LA LUTTE ANTISUBVERSIVE (1954-1962) La suite >

DSI Hors-Série n°42, juin-juillet 2015

Editorial

L’armée de l’air face à ses défis

Deux ans d’opérations aériennes
Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI

Carte. La géostratégie des forces aériennes en 2015
Par la rédaction

Deux ans d’évolution des forces aériennes
Par la rédaction

Armée de l’Air : le grand bleu
Entretien avec le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air

Préparer demain tout en dépassant aujourd’hui le contrat opérationnel : le défi du CFA
Entretien avec le général de corps aérien Serge Soulet, commandant des forces aériennes La suite >

Trends in Air to Air Combat. Implications for Future Air Superiority

John Stillion, CSBA, Washington, 2015, 61 p.

Le combat aérien fascine mais il n’est généralement abordé que sous l’angle du récit des pilotes ou encore sous celui, technique, des capacités des appareils. Mais ce que nous offre – littéralement, la publication étant accessible en ligne – John Stillion est tout aussi intéressant.

L’auteur a en effet compilé une base de données de 1 450 cas de combats air-air de 1965 à nos jours, ce qui lui a ensuite permis d’effectuer une analyse statistique. Elle valide ainsi le modèle d’engagements menés à des distances toujours plus grandes : les portées du radar et des missiles seraient donc les principaux vecteurs de la supériorité aérienne traditionnelle, mais pas uniquement.

L’auteur insiste sur les questions liées à la détection aérienne avancée et à la connectivité des réseaux, qui ne permettent pas tant de gagner en puissance qu’en temps, une dimension qui s’avère déterminante. Et de citer plusieurs exemples où la réactivité a été la véritable clé tactique des opérations. La suite >

Les routes de la liberté. La logistique américaine en France et en Allemagne, 1944-1945.

Nicolas Aubin, Paris, Histoire & Collections, 2014, 224 p.

C’est sous la forme d’un album illustré grand format – un « beau livre » – que se présente l’étude de Nicolas Aubin sur la logistique américaine pendant la campagne de libération de l’Europe occidentale en 1944-1945, que nous avions manqué lors de sa parution en 2014. Disons-le d’emblée, celle-ci est destinée à constituer pour longtemps la référence en la matière, et regorge d’informations et de réflexions qui seront utiles tant à l’historien militaire qu’au stratégiste.

Agrémenté de nombreuses photos – superbes – mais aussi de multiples cartes, schémas et organigrammes, l’ouvrage nous fait ainsi entrer dans le fonctionnement de la machine logistique de l’US Army pendant la Deuxième Guerre mondiale jusque dans ses moindres détails. La suite >

Le monde des publications – juin 2015

A tout seigneur, tout honneur : chez Economica, le général Benoît Royal dirige L’artillerie dans les guerres de contre-insurrection dans la collection « guerre et opinions » (Paris, 2015, 144 p.). Hors-collection cette fois, deux autres ouvrages retiennent notre attention. C’est le cas de La conscription en France. Mort ou résurrection ? de François Cailleteau (Paris, 2015, 112 p.) et de La défense française face à la montée des périls du général Gilbert Forray (Paris, 2015, 160 p.).

Perrin nous offre quant à lui deux travaux bibliographiques. D’une part, dans la collection « Maîtres de guerre », le Leclerc. Le croisé de la France libre de Jean-Christophe Notin (Paris, 2015, 260 p.). D’autre part, le Erich Von Manstein. Les mémoires dont on espère qu’elles ne sont pas présentées trop longtemps par P. Servent, au vu de la légèreté de l’ouvrage qu’il avait consacré à l’Allemand (Paris, 2015, 450 p.).

Histoire toujours mais chez Tallandier. Nicolas Pontic publie ainsi Koursk. Staline défie Hitler – 5 juillet-23 août 1943 (Coll. « Histoire en batailles », Paris, 304 p.) et Stéphane Simonnet signe dans la même collection un Les poches de l’Atlantique. Les batailles oubliées de la libération (Paris, 2015, 320 p.). La suite >

Stratégies maritimes au XXIème siècle. L’apport de l’amiral Castex

Lars Wedin, Coll. « La pensée stratégique », Nuvis, Paris, 2015.

L’empreinte laissée par l’amiral Castex dans la pensée navale française est bel et bien réelle mais, au-delà, elle a également des conséquences sur la pensée navale en tant que corpus unifié de conceptions liées à la guerre sur mer. Mais Castex se lit difficilement : s’il sera actif dans le domaine des idées tout au long de sa carrière, son opus magnum – ses Théories stratégiques – est à la fois très volumineux et parfois touffu.

De fait, écrit sur plusieurs années, il trahit aussi l’évolution de la pensée de son auteur. Ce n’est donc pas la moindre des qualités de l’ouvrage de Lars Wedin que de nous offrir une vision claire de la pensée d’un des plus grand stratégistes navals, tout en réussissant dans le même temps, comme le souligne avec raison Martin Motte dans l’introduction à l’ouvrage, le tour de force de donner au lecteur une vision claire et synthétique de la stratégie maritime contemporaine. La suite >